Comment le smartphone a révolutionné nos vies pour le meilleur (et surtout pour le pire)

Comment le smartphone a révolutionné nos vies pour le meilleur (et surtout pour le pire)

Vous souvenez-vous de votre vie avant l’explosion de l’internet à grande vitesse? Non? Cette époque n’est pourtant pas si lointaine que ça…Souvenez-vous, dans un monde ou Google, Youtube, Wikipedia, Skype et iPhone n’existaient pas encore:

  • Vous utilisiez les pages jaunes pour appeler un client;
  • Vous étudiez attentivement une carte routière avant de partir en voyages;
  • Vous gardiez des pièces dans votre poche pour passer un appel d’une cabine téléphonique

L’accélération des nouvelles technologies et l’avènement du digital ont drastiquement changé nos vies professionnelles et personnelles, souvent pour le meilleur. Nous avons désormais un accès illimité à l’information au bout de nos doigts, nous pouvons nous connecter avec des inconnus vivant à l’autre bout de la planète, nous avons une meilleure compréhension du monde qui nous entoure, nous pouvons explorer et découvrir de nouveaux intérêts, etc.

Le grand paradoxe du XXIe siècle

Mais ces progrès technologiques, qui sont l’essence-même de la nature humaine, ont également profondément modifié notre manière de communiquer les uns avec les autres. C’est là le grand paradoxe de ce XXIe siècle : nous possédons beaucoup d’outils et d’applications (gratuits ou à un prix dérisoire) qui nous permettent de rester en contact en tous temps mais, d’un autre côté, nos relations humaines se sont dans le même temps sensiblement dégradées.

J’aimerais, pour illustrer mon propos, prendre en exemple: le smartphone, objet qui a révolutionné nos vies ces dernières années, a pris le contrôle de notre vie quotidienne. En voici 3 illustrations:

1. Plus qu’un téléphone, notre smartphone est une extension de nous-même

Dans un entretien au site Voice of America, l’éditeur associé du célèbre magazine Rolling Stone déclarait que « les smartphones sont en train de ruiner les concerts ». C’est en effet lors d’une représentation de Leonard Cohen auquel il assistait depuis la première rangée qu’il se rendit compte que, derrière lui, tout le monde avait dégainé son smartphone pour filmer l’artiste et avait les yeux rivés sur les écrans. « Nous étions en train de vivre l’un des plus beaux concerts de l’un des plus grands musiciens en activité, et personne ne le regardait réellement, tout le monde était absorbé par son smartphone, plus concerné par le statut Facebook ou le tweet à envoyer que par le spectacle en lui-même ».

Si je vis une expérience mais que je ne la tweete pas, a-t-elle réellement existé ? 

Le plus incroyable dans ce phénomène, c’est qu’il nous a submergé tel un raz-de-marée en seulement quelques années. La preuve :


Funérailles du pape Jean-Paul II à Rome, 2005

Quelques années plus tard, au même endroit


Intronisation du pape François Ier, 2013

Il en devient presque effrayant de voir à quelle vitesse nous nous approprions les nouvelles technologies et en faisons un élément incontournable de notre quotidien. Qui sait ce que nous trouverons quand une nouvelle photo sera prise dans les mêmes circonstances et au même endroit dans 10 ans? 

2. Nous avons sacrifié l’interaction humaine pour la connexion

Conséquence directe du point évoqué ci-dessus, nous nous reposons de plus en plus sur la technologie et de moins en moins sur nos semblables. Combien d’entre nous envoient des textos ou publient un statut Facebook durant un dîner en famille ? Combien consultent leur email dans la file d’attente du supermarché ?  Combien emportent leur laptop en vacances ou lors du match de foot du dimanche de leur enfant ? Ce sont autant d’occasions perdues de parler avec de vraies personnes.

Comme le dit la professeur de sciences sociales au MIT Sherry Turkle dans la présentation TED Talk ci-dessous, « les outils numériques nous servent à fuir les conversations ». D’après elle, nous substituons les réelles interactions au profit des virtuelles car ces dernières nous permettent de nous présenter sous notre meilleur jour : nous pouvons réfléchir avant de publier un statut Facebook ou d’envoyer un SMS et nous pouvons éditer nos messages, ce que ne permettent pas les discussions en face-à-face, plus spontanées et donc inconfortables.

3. Nous sommes des esclaves de notre smartphone

Question : quelle est la première chose que vous faites quand vous vous levez le matin ?

Selon les résultats d’une étude récente, il y a de fortes chances que vous jetiez un coup d’œil à votre smartphone avant toute autre chose, comme 62% des répondants. Et le pourcentage monte jusqu’à 79% dans les 15 minutes après le réveil.

Autres statistiques surprenantes :

  • Les possesseurs de smartphones ont en moyenne 7,4 applications dédiées aux relations sociales ;
  • De vendredi à dimanche, 163 minutes sont passées sur les réseaux sociaux ou outils de communication ;
  • En semaine, nous n’en dépensons « que » 87

Sommes-nous devenus totalement accros à notre smartphone? Très certainement, lorsque l’on se rend compte que 9 personnes sur 10 se sentent stressés quand leur téléphone tombe a court de batterie…

Bref, le smartphone a radicalement changé notre manière d’appréhender le monde qui nous entoure et affecte nos relations sociales. Nous l’utilisons comme un « cerveau externe » qui nous permet de communiquer, de stocker de l’information, voire de vivre des vies secondaires. Et, que nous en soyons conscients ou pas, ce petit appareil a un impact sur nos vies beaucoup plus important que ce qu’on imagine…

Geoffrey Bressan
Chief Marketing Officer @Markentive

cta-inboud

 

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*