Le digital : un enjeu majeur du marketing de la santé

Une toux un peu forte, une démangeaison inhabituelle, il est aujourd’hui fréquent d’utiliser Internet lorsque l’on se pose une question santé. Se rendre sur des forums comme Doctissimo est même devenu un réflexe pour certains d’entre nous. Ce site, créé en 2000 par des docteurs, affichait un trafic mensuel de 8 millions de visiteurs uniques. En début d’année 2015, Google annonçait que son moteur de recherche allait être amélioré pour mieux répondre aux besoins des consommateurs sur ce type de recherches : « A partir des prochains jours, quand on interrogera Google sur des problèmes de santé courants, on commencera à avoir d’entrée de jeu des données médicales appropriées », explique Prem Ramaswami, responsable produit chez Google, sur l’un des blogs officiels du groupe.

Le secteur de la santé est définitivement en plein boom sur Internet, c’est pourquoi il est désormais crucial pour les entreprises du domaine de la santé de sérieusement reconsidérer leur stratégie digitale. Des sites web aux applications, faisons ici un rapide point sur la digital et le marketing de la santé.

1. L’importance du site web pour des acteurs de la santé

Le site web constitue le premier point de contact entre vos cibles et votre entreprise, laboratoire, ou institut. Tout se joue très vite : si en quelques secondes ils n’ont pas vu une information leur confirmant qu’elles allaient trouver les réponses à leurs questions sur votre site, elles iront les chercher ailleurs. Ces internautes sont avant tout des personnes qui souhaitent être informées et rassurées, or dans le domaine de la santé, les questions sont nombreuses : quelle est la différence entre tel et tel type de médicaments ou de traitements, quels sont les symptômes de telle maladie, pourquoi souscrire à une assurance bien spécifique plutôt qu’à une autre, quelles sont les risques de complications et d’effets secondaires après une opération, etc. Ces internautes doivent faire des choix et c’est l’opportunité pour vous de gagner leur confiance en leur proposant du contenu instructif qui les aidera à prendre une décision, ou simplement à être rassurés. Sur votre site, ces éléments de réponse et de réassurance par rapport à votre activité sont très importants. Pour offrir du contenu éducatif de manière régulière, rien de plus efficace que de tenir un blog avec des informations intéressantes pour vos cibles.

2. L’e-santé pour optimiser l’expérience des acteurs de la santé

La transformation digitale concerne bien tous les domaines, et la santé n’est pas en reste. Aujourd’hui les acteurs impliqués doivent réussir à se digitaliser sur le long terme et de façon cohérente, ce qui constitue un vrai challenge. Selon le Baromètre Santé 2015 réalisée par l’Ifop pour Deloitte (voir à partir de la page 33 pour l’e-santé), « les Français sont prêts à faire le grand saut » :

  • 82% pensent que la e-santé peut être un levier pour la coordination des professionnels de santé ;
  • 76% pensent qu’elle peut aider à limiter les coûts liés au déplacement des clients ;
  • 74% pensent que la e-santé peut aider la qualité de la prise en charge médicale.

Mais il est important de souligner un paradoxe : malgré ces chiffres optimistes, très peu de Français utilisent les innovations actuelles du domaine de l’e-santé.

e-sante-marketing-digitalPour lever certains freins, les professionnels du marketing de la santé connectée doivent activement accorder de l’attention aux aspects de sécurité et fiabilité : 43 % des interrogés émettent des doutes quant à la protection des données (principalement chez les jeunes entre 18-24 ans) et 40% redoutent les erreurs techniques liées à l’utilisation de nouvelles technologies.

Autre point sur lequel les professionnels du marketing de la santé devraient se pencher : la quête de notoriété et de visibilité de leur offre. Les Français sont prêts mais il existe en réalité de nombreuses innovations qu’ils ne connaissent pas : seuls 24% connaissent le programme Télémédecine (prestations de soins de santé à distance), 10% le programme Hôpital Numérique et 8% le programme Territoires de Soins Numériques.

3. Les applications au service des patients

L’utilisation des smartphones et des tablettes est aujourd’hui omniprésente dans les comportements. Même si le trafic sur Internet via ces devices représente déjà 38% du trafic mondial selon We Are Social, la proportion ne cesse d’augmenter : le trafic via mobile a augmenté de 39% depuis 2014 et celui sur tablette de 17%, là où l’utilisation d’Internet via un ordinateur baisse de 17%. Proposer une offre santé mobile est donc critique en 2015. Le Baromètre Santé 2015 peut déjà donner quelques idées :

e-sante-marketing-digital

Il existe donc une réelle demande, et ce n’est qu’une question de temps avant que tous les acteurs de la santé proposent à leurs clients ou patients ce type d’offre. Selon Research2Guidance, il existe déjà 100.000 apps santé sur App Store et Google Play. D’un point de vue marketing, l’intérêt est ici de créer de la valeur ajoutée pour ses clients dans de nombreuses démarches : assistance, suivi, analyse ou encore prévention et bien-être.

Récemment avait lieu à Strasbourg le « Hacking Health » qui rassemble plusieurs centaines de professionnels de la santé et du digital. Les participants ont 3 jours pour former des équipes et proposer la meilleure innovation m-santé, basée sur l’utilité la pertinence mais aussi la viabilité de l’application. Cette année, c’est l’objet connecté iPIPI qui a remportée le Prix coup de coeur du jury et le Prix du public. Le Figaro retranscrit les propos des gagnants dans un article dédié au concours :  «Le principe est simple: après avoir trempé une bandelette dans l’urine, on la glisse dans un petit boîtier. Celui-ci est connecté à une application que l’on télécharge dans son smartphone et qui en fait l’interprétation», explique Sébastien Jousset, étudiant en Master «marketing pharma» à Paris Sud. «Cela permet de repérer à domicile, pendant la grossesse, des infections urinaires ou l’apparition d’un diabète gestationnel, mais aussi des courbes de fertilité, pour celles qui ont des difficultés à concevoir», ajoute son collègue Laurent Millot.

4. Le marketing de l’entertainment dans la santé : les serious games

Une autre tendance s’affirme dans le marketing digital de la santé : celle des serious games. Souvent utilisés dans le domaine de la sensibilisation, ils permettent aux utilisateurs une expérience ludique mais instructive en rapport avec une pathologie. Ils se présentent sous diverses formes : de l’immersion dans le quotidien d’une personne atteinte d’une maladie à des jeux qui demandent une activité physique pour la rééducation, ou encore des simulations d’accidents pour tester ses réflexes, les possibilités sont très variées. En 2012, à l’occasion des rencontres de la e-santé, le serious game Voracy Fish a été meilleur projet industriel e-santé : l’objectif est d’aider à la rééducation des membres supérieurs après un AVC. Démo dans la vidéo ci-dessous :

Il est aujourd’hui incontestable que le digital appliqué au secteur de la santé permet une création de valeur importante, pour l’ensemble des acteurs du domaine : du patient à son entourage, du médecin au pharmacien. Que cela passe par l’animation d’un site, la création d’une application ou encore une expérience plus globale. Les consommateurs expriment le besoin d’accéder à davantage de contenus éducatifs et ludiques dans le but d’être accompagnés et rassurés. L‘e-santé est un secteur qui ouvre de nombreuses opportunités d’innovations d’avenir comme le rassemblement « Health Hacking » le prouve. Il est donc nécessaire que les professionnels du marketing de la santé accompagnent ces transformations avec des pratiques innovantes comme l’Inbound marketing (à lire : le renforcement du marketing digital : une réponse au bouleversements de la communication dans la santé ?)

Si vous n’avez pas encore commencé votre transformation digitale ou si vous souhaitez de l’aide pour aller plus loin, n’hésitez pas à contacter notre agence spécialisée dans le domaine de la santé.

Julia
Content Marketing 

 


par Christian Neff

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *