Le Guest Blogging, mort ou vivant ? Un peu des 2 !

Le Guest Blogging, mort ou vivant ? Un peu des 2 !
relations_blogeurs_guestblogging

Cet article invité a été réalisé par Céline Albarracin, spécialiste en rédaction web, SEO et community management et auteure du blog Celine-Redaction-Web.com

Depuis quelques semaines, Matt Cutts ne cesse de jeter des pavés dans la mare du guest-blogging en affirmant que cette pratique est fortement pénalisée. Vous n’êtes pas passé à côté de l’affaire Buzzéa et plus récemment, de la punition subite par Doc Sheldon, pour un article invité qui ne ressemblait pourtant pas à du spam. Néanmoins, cette dernière histoire reste à prendre avec précaution…

Aujourd’hui, j’ai la chance d’avoir gentiment été invitée par Markentive pour partager un article avec vous et j’ai trouvé que c’était l’occasion idéale pour faire un point sur cette pratique.

Trop de guest-blogging a tué le guest-blogging

Le problème de cette pratique est qu’elle a été trop souvent utilisée à des fins commerciales, par des blogueurs soucieux de rentabiliser au maximum leur blog et par des marques voulant se faire de la publicité à petits prix. Ce qui ressemble énormément à de l’achat de liens, ce que Google déteste tout particulièrement. Ajoutons que parfois, le blogueur se contentait de passer de la pommade à la marque, pour toucher sa rente, sans se soucier de la véracité des propos. Au lieu de fournir un véritable test, utile pour les internautes, nous assistions à une foire commerciale. Alors pour cela, nous pouvons dire merci à Google.

Dans cette faune, nous pouvons aussi parler des sites qui invitent tout le monde et n’importe qui à faire des articles, en échange d’un lien bien optimisé, pour se faire du contenu gratuitement et facilement. De l’autre côté de la barrière, même topo : des personnes voulant absolument faire monter leur blog dans les SERP, qui proposent à tout va des articles chez les autres. Eux, méritent la sentence.

Mais pour le reste ? Qu’en est-il de ces blogueurs honnêtes qui souhaitent simplement inviter un expert de leur domaine pour échanger d’une manière un peu différente ?

Non, le guest-blogging n’est pas mort !

Le guest-blogging n’a pas comme seule finalité de faire des liens. Si cela aide effectivement au référencement (soyons honnêtes !), il ne faut pas que ce soit le but ultime. C’est contre-productif, pour l’invité comme pour l’hôte.

Google pénalise les articles conçus dans le seul but de faire la promotion d’un autre ou lorsqu’il y a un abus de la méthode. Mais si, comme dans le cas présent, vous invitez une personne de bon cœur, qui peut apporter quelque chose et à qui vous pouvez aussi amener des bénéfices, autres qu’un lien, alors vous devriez être bien traité par le géant américain et par vos lecteurs ! Il faut dire que ces derniers sont souvent les grands oubliés de ceux qui utilisent (utilisaient) le guest-blogging uniquement par intérêt commercial ou SEO.

Un partenariat bilatéral entre les blogueurs 

Le guest-blogging est bien plus profond que le simple troc d’ancres optimisées. Il est source de partage, d’échange et de convivialité (oui, c’est le monde des Bisounours). L’utilisation réfléchie d’articles invités est un excellent moyen pour :

  • Offrir un discours différent mais intéressant à ses lecteurs ;
  • Faire connaître l’invité à un nouveau public ciblé ;
  • Proposer des contenus complémentaires à ses visiteurs ;
  • Nouer un partenariat avec une personnalité de son secteur ;
  • Profiter de la communauté du rédacteur.

Et du côté de l’invité, le guest-blogging est une méthode efficace pour :

  • S’améliorer : nous n’écrivons pas pour quelqu’un d’autre comme nous écrivons pour soi ;
  • Découvrir une nouvelle communauté : vous me découvrez et j’espère vous découvrir à travers les commentaires ;
  • Nouer un partenariat avec une personnalité de son secteur ;
  • Construire une image d’expert.

Le guest-blogging a encore de beaux jours devant lui s’il est utilisé avec intelligence. Il faut que les blogueurs prennent soin de choisir leurs invités, mais aussi les blogs pour lesquels ils rédigent. En privilégiant la qualité et la pertinence, non seulement Google ne vous embêtera pas, mais vous continuez de garantir une expérience qualitative à vos lecteurs.

Article invité rédigé par Céline Albarracin

cta-content-marketing

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*