Pourquoi Facebook a-t-il dépensé la somme record de 19 milliards de dollars pour acquérir WhatsApp?

Vous l’avez certainement entendu hier à la radio ou vu l’un ou l’autre commentaire sur votre feed Twitter : Facebook vient d’annoncer dans un communiqué daté du 19 février le rachat de la plate-forme de messagerie WhatsApp, pour une valeur totale de 19 milliards de dollars (4 milliards en cash, environ 12 milliards en d’actions et 3 milliards sous forme de stock-options pour les fondateurs et les employés de l’entreprise). Cela faisait de nombreux mois que des rumeurs annonçaient l’intérêt de Google et de Facebook envers ce système de messagerie instantanée très populaire en Europe et dans les pays émergeants. Les média sociaux représentent un outils incontournable pour les marques pour créer de la proximité et aller rencontrer sa cible au plus près de ses habitudes. Et ces-dernières évoluent vers la mobilité : (MISE À JOUR 24/03/2015) selon l’étude Digital, Social & Mobile in 2015 réalisée par We Are Social, sur les 3 milliards d’internautes dans le monde, 1,685 milliards se connectes régulièrement sur les réseaux sociaux via leur mobile ou tablette. Découvrez 6 raisons d’utiliser les applications mobiles dans votre stratégie de Social Media.

Un rachat stratégique pour le marché mobile

Cette acquisition est de loin la plus importante jamais réalisée par Facebook (plus de 16 fois les sommes déboursées pour acquérir Instagram en 2012). Elle traduit la volonté du géant américain de combler son retard à l’international dans la course à la messagerie mobile. En effet, avec plus de 450 millions d’utilisateurs actifs à travers le monde et 1 million de nouveaux utilisateurs par jour, WhatsApp avait acquis une avance trop importante sur ses concurrents. Mark Zuckerberg se trouva face à un dilemme : abandonner la partie ou racheter WhatsApp avant qu’il ne soit trop tard. Il a choisi la seconde option, et est certain d’avoir placé un coup important pour l’avenir de son entreprise:
« WhatsApp est en passe de connecter un milliard de personnes à travers le monde. Les services qui atteignent ce point sont d’une valeur inestimable. Je connais Jan Koum (co-fondateur de Whatsapp) depuis très longtemps et je suis très excité à l’idée de travailler avec lui et son équipe pour faire de ce monde un endroit plus ouvert et plus connecté. »

Pour la petite histoire,  le deuxième fondateur de WhatsApp, Brian Acton, avait passé en vain un entretien pour travailler chez Facebook en 2009. Moins de 4 ans plus tard, Mark Zuckerberg fait de lui un milliardaire (il possède environ 20% des parts de WhatsApp). Une ironie de la vie, sans aucun doute…

WhatsApp, un système de messagerie gratuit

WhatsApp est une application mobile téléchargeable gratuitement, qui permet d’envoyer tous types de messages (textes, audio, vidéo, images) à n’importe lequel de vos contacts qui possède également l’application, et ce sans pour autant avoir leur numéro de téléphone. L’envoi et la réception de messages et de fichiers se fait via votre connexion internet et sont donc gratuits si vous n’êtes pas en itinérance et que vous n’avez pas excédé votre quota de datas. On comprend dès lors pourquoi l’application a connu une croissance extraordinaire en si peu de temps. En chiffres, WhatsApp, c’est :

  • Plus de 450 millions d’utilisateurs mensuels :
  • Dont 70% dont actifs tous les jours ;
  • 1 million de nouveaux utilisateurs par jour ;
  • 50 milliards de messages traités chaque jour ;

Une application de messagerie au succès sans précédent : 1 milliard d’utilisateurs en août 2015

Si WhatsApp tient la tendance actuelle, les experts estiment que la barre du milliard d’utilisateurs sera franchie d’ici août 2015, soit 6 ans après sa création, soit 2 ans plus vite que Facebook (qui a atteint ce seuil en octobre 2012).

Source : TechCrunch

Mark Zuckerberg estime que l’acquisition de WhatsApp l’aidera également dans son projet internet.org, qui ambitionne de connecter les 2/3 de la population mondiale que n’a pas accès à internet. Mais surtout, ce rachat record est économiquement très profitable pour Facebook qui, conscient d’avoir atteint  son seuil de saturation dans les pays développés, a maintenant l’opportunité de  conquérir la partie du monde qui lui échappait jusqu’à aujourd’hui.

Que pensez vous de l’acquisition de WhatsApp par Facebook ? Voyez-vous cela comme une opération risquée ? Faites-nous part de vos impressions !
Vous voulez en savoir plus sur Facebook ? Découvrez 9 choses incroyables que vous ne saviez pas à propos de Facebook!

Geoffrey Bressan,
Consultant @Markentive_FR


par Christian Neff

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *