Quand briser les règles SEO relève parfois plus du bon sens que de l’hérésie

Que nous soyons débutants ou experts en SEO, nous sommes tous à la recherche des techniques ou méthodologies qui apportent les meilleurs résultats. C’est pourquoi l’une des premières choses que nous faisons lorsque nous cherchons à améliorer le référencement de notre site web, c’est d’appliquer cet ensemble de « Best Practices » qui font autorité dans le domaine. Une simple recherche sur Google ou l’utilisation d’un outil d’analyse de site web nous permettront facilement de découvrir de nombreux conseils et techniques permettant d’améliorer ses rankings  et sa position dans les SERP, tels que :

  • La longueur de son titre et de ses meta descriptions ;
  • La présence de mots-clés dans ses balises H1 et H2 ;
  • Une URL propre contenant un mot-clé ;
  • Etc.

Sur WordPress par exemple, le populaire plugin de Yoast permet d’analyser le référencement de chacune des pages d’un site par rapport à une liste de bonnes pratiques. Celles-ci ont été établies sur base de l’observation des résultats qu’elles délivrent au cours du temps et du respect des règles édictées par Google.

Cependant, bien que ces Best practices soient importantes pour le bon référencement de votre site web, il serait erroné de croire que le fait de les suivre toutes scrupuleusement à la lettre vous assurera de meilleurs résultats. Pourquoi ? Simplement parce que celles-ci ne tiennent pas compte de votre contexte. En fonction de la réalité dans laquelle vous vous trouvez, ne pas suivre certaines Best Practices relève donc parfois plus du bon sens que de l’hérésie.

Ce nouveau Whiteboard Friday de Moz nous expose 4 situations dans lesquelles il vaut mieux parfois jouer le hors-la-loi et ne pas suivre les chemins préconisés par les experts SEO : 

 

1. Concentrez-vous sur les activités qui offrent le meilleur ROI

Que vous soyez une agence SEO travaillant sur le site d’un client ou que vous vous occupiez vous-même de votre référencement, votre temps et vos ressources sont limités. Ce que vous devez chercher à tout prix, c’est de prioriser les activités qui vous offriront le meilleur retour sur investissement le plus facilement possible.

L’une des premières choses que l’on recommande, c’est d’optimiser son SEO on page ainsi que la navigabilité et l’accessibilité pour les moteurs de recherche. Au début, ces activités sont pertinentes et très rentables, mais elles offriront de moins en mois de résultats au cours du temps. Si vous vous obstinez à régler chaque problème on page sur les 300 pages de votre site web, vous allez dépenser un temps considérable pour finalement très peu d’impact. C’est pourquoi il vaut mieux parfois passer par dessus ces petits problèmes on-page et accepter que son site ne soit pas 100% optimisé selon les règles de l’art, surtout si cela vous laisse plus de temps pour d’autres activités importantes, comme le linkbuilding ou la génération d’une communauté sur les réseaux sociaux.

2. Mesurez le ratio coût/bénéfices de vos activités SEO

Dans le même ordre d’idées, ne vous lancez pas dans des activités qui chambouleront tout votre site web si vous n’en avez pas réellement besoin. Par exemple, si l’URL de vos articles de blog ne présentent pas de mots-clés dans leur structure, mieux vaut peut-être les laisser comme tel plutôt que de faire des redirections 301 sur chacune de vos pages qui risqueront de vous faire perdre des positions dans les SERP et de bloquer une partie de votre link equity. Si vos rankings sont plutôt bons et que votre trafic est élevé, le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ?

3. Mieux vaut parfois optimiser pour d’autres objectifs

Un des facteurs SEO on page les plus importants, en dehors du contenu de la page, concerne la balise titre. Les « best practices » en la matière vous diront que la longueur de votre titre ne doit pas dépasser 55 caractères (ou 512 pixels), ce qui représente la limite prise en compte par Google pour affichage dans les SERP. Il serait donc logique de garder votre titre en-dessous de cette limite. Pourtant, si l’un de vos articles possède un titre accrocheur et original qui dépasse cette limite mais est fortement partagée sur les médias sociaux, il serait alors logique de le laisser tel quel plutôt que de l’optimiser sur Google, là où il est moins populaire.

4. Une bonne dose d’expérimentation est essentielle

Panda, Hummingbird, Penguin, … Autant de mises à jour de l’algorithme de Google qui ont profondément réglementé les pratiques SEO. Souvenez-vous : quand Google en était encore à ses débuts, le SEO black hat était la norme chez les agences de référencement et tout le monde s’adonnait au cloaking, au keyword stuffing et aux échanges de liens. Aujourd’hui, de telles activités seraient du pur suicide. Dans les années à venir, de nouveaux ajustements viendront encore bouleverser l’univers du SEO et donneront naissance à de nouvelles Best Practices qui se dévoileront progressivement, grâce à ces pionniers qui n’hésiteront pas à expérimenter de nouvelles techniques. Et si vous étiez l’un d’entre eux ? 

Alors que tout le monde se cantonne à suivre les meilleures pratiques en matière de SEO, le fait d’enfreindre ces règles sacro-saintes vous permettra peut-être de vous détacher de vos concurrents et de propulser votre site web tout en haut des pages de résultats sur Google.

Geoffrey Bressan
Chief Marketing Officer @Markentive

[spacer size= »20″]

Quand briser les règles SEO relève parfois plus du bon sens que de l'hérésie - Markentive, agence de référencement et SEO à Paris

par Christian Neff

Christian est le fondateur de Markentive. Titulaire d'un Master de sciences biologiques et d'un 3ème cycle à l'ESSEC, il dispose d'une expérience étendue dans la vente, le marketing et le management. Expert Inbound marketing, il anime régulièrement des conférences sur le sujet.

ses autres articles ›

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *