Stratégie digitale : que penser des émoticônes ?

Stratégie digitale : que penser des émoticônes ?

Souvent associés à une cible jeune, voire adolescente, les émoticônes ont pourtant gagné le cœur de toutes les couches de la population. Étant donné que la communication sur Internet est de plus en plus répandue et touche toutes les générations, chacun a donc compris l’utilité du smiley ou du symbole pour partager une émotion ou une information.

Avec le manque d’intonation à l’écrit, il est vrai que ces petits personnages peuvent aider à faire passer un message, créer une certaine connivence avec les internautes et attirer l’œil dans un fil d’actualité.

Les émoticônes sont tellement rentrées dans les habitudes des consommateurs, qu’elles sont devenues un outil marketing à part entière !

Alors, découvrons comment les marques se servent de ces symboles pour optimiser leur stratégie digitale…

Faire passer un message, l’exemple Chevrolet

La première raison d’être d’une émoticône est de faire passer un message. Elle donne une intonation à sa phrase ou souligne un caractère. Ce petit symbole coloré est donc un moyen de communiquer comme un autre.

La marque de voiture Chevrolet a bien compris cet aspect et a donc décidé de rédiger le tout premier communiqué de presse, uniquement à base d’émoticônes. L’entreprise a justifié ce geste par le slogan « Les mots seuls ne peuvent décrire la nouvelle Chevrolet Cruze ».

Chevrolet : un communiqué de presse rien qu'en émoticones

Comme le message est tout de même assez difficile à décrypter, Chevrolet a décidé d’en faire un jeu. Ce qui a contribué à sa diffusion et à l’augmentation de sa notoriété sur les réseaux sociaux. Le but ? Essayer simplement de déchiffrer le message et proposer sa réponse avec le hashtag #ChevyGoesEmoji.

Forcément, de nombreux internautes ont participé à cette devinette et se sont abonnés dans la foulée aux comptes Twitter et Facebook.

Surtout que la marque a accentué sa campagne digitale avec d’autres tweets contenant des émojis.

Stratégie digitale : comment Chevrolet se sert des émoticônes

Stratégie digitale : comment Chevrolet se sert des émoticônes

Rendre ludique son entreprise, l’exemple Fooji

Nous avions déjà vu, dans un précédent article, l’initiative originale de Domino’s Pizza qui propose à ses clients de commander via Twitter, simplement avec un message à base d’émoticône pizza.

Ce n’est pas la seule entreprise à proposer ce service innovant. La start-up Fooji (contraction de Food et Emoji) propose également à ses clients de se faire livrer en indiquant le menu sélectionné via des émoticônes.

Stratégie digitale : commander à manger grâce à une émoticône

Les clients doivent d’abord créer un compte sur le site de l’entreprise, entrer leur adresse de livraison et leurs coordonnées bancaires.

Tous les repas proposés sont au prix de 15$ et il suffit ensuite simplement à l’internaute d’envoyer le symbole correspondant à ce qu’il souhaite commander (sushi, pizza, ailes de poulet, pâtes…) au compte @GoFooji.

Stratégie digitale : commander à manger avec un tweet

Susciter une action, l’exemple WWF

Les émoticônes encouragent aussi à l’action. Ainsi, la WWF utilise ces petits symboles pour sensibiliser le public au sujet des nombreuses espèces animales qui disparaissaient quotidiennement. L’association a d’ailleurs constaté que sur les émoticônes « officielles » 17 représentaient des animaux en voie d’extinction.

Alors l’association s’est dit qu’elle pourrait utiliser l’engouement pour ces smileys à son avantage et inciter les internautes à faire des dons. Le principe : faire payer, même une somme très minime de 0.1€, l’internaute à chaque fois qu’il utilise une de ces 17 émoticônes.

Évidemment, il faut d’abord retweeter l’image des espèces en danger publiée par la WWF pour indiquer clairement son envie de participer. Chaque utilisateur montrant son engagement est ensuite suivi par l’association.

WWF : inciter à l'action grâce à une émoticône

Celle-ci, en fin de mois, dénombre le nombre de tweets reprenant une de ces émoticônes et fait les comptes. L’internaute est ainsi libre de verser le solde (ou plus) via CB ou PayPal.

WWF : utiliser les émoticônes pour inciter à l'action

Renforcer son image de marque, plusieurs exemples

Comme les émoticônes sont entrées dans le quotidien et s’échangent aussi bien sur les réseaux sociaux, que par SMS, de nombreuses marques se sont dit qu’elles devraient créer leur propre collection de smileys !

Burger King, Ikea, Lego ou encore Nescafé ont chacun développé des émojis en rapport avec leur marque ou leur activité.

Ainsi, Lego propose des « stickers » dans la boutique Facebook. Ces derniers sont de grands émojis que chacun peut ajouter à ses commentaires ou sur les photos publiées sur le réseau social.

Lego propose ses émojis sur Facebook

Ikea propose une application où il est possible de télécharger des émoticônes à l’effigie de ses célèbres meubles et autres accessoires en kit.

Ikea propose une application avec des émoticônes à l'effigie de ses meubles

Quant à Burger King, l’enseigne a utilisé les émoticônes pour promouvoir le retour d’un produit : les Chicken Fries. Tout comme Ikea, elle a donc proposé une application où il était possible de télécharger une dizaine d’émojis représentant les paquets de frites en train de rire, sourire, pleurer, faire un clin d’œil, tomber amoureux, etc.

Burger King : l'enseigne propose aussi son application d'émojis

À travers ces exemples, nous constatons que la folie émoticônes touche tous les types d’entreprise et pas uniquement celles ayant une cible jeune. Aujourd’hui, ces petits symboles s’échangent partout et aident les marques à communiquer de manière originale et ludique. Chaque opération s’est traduite par un succès et a permis aux entreprises d’augmenter leur impact sur les réseaux sociaux.

Envie de communiquer de manière innovante ? Faites appel à notre agence Inbound Marketing pour vous aider lors de vos prochaines campagnes digitales.

Celine
Content Marketing

cta-stratégie-inbound

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*